Le divan familial N° 36 : L’intersubjectivité source de la subjectivation

Sous la direction d’Alberto Eiguer  : revue de thérapie familiale psychanalytique créée il y a dix ans avec la Société de thérapie familiale psychanalytique, (Paris), Directeur depuis 1998.
Le Divan familial  N° 36 : L’intersubjectivité source de la subjectivation

Rédactrice en chef
Anne Loncan
Revue dirigée par
Alberto Eiguer

Pour se construire en tant que sujet, l’individu a besoin des autres. Le mythe de la psyché autarcique a vécu. Au-delà de la séparation-individuation, au delà du moi, la psychanalyse a redécouvert les vertus de l’autre et l’obligation de s’y allier : les débats se sont réorientés autour de l’intersubjectivité. Freud s’était montré curieux des effets de transmission générationnelle ; il s’est aussi penché sur les identifications édifiées à la faveur du groupe. Il est clair que ces deux directions principales de transmission (dans la continuité ou par la contiguïté) mettent en jeu des processus intersubjectifs, qu’elles s’appuient sur la parenté ou sur l’alliance.
De nombreuses réflexions théoriques et cliniques ont salué l’entrée de l’intersubjectivité dans la psychanalyse. La pratique de la psychanalyse familiale montre que les processus intersubjectifs visent à forger le sujet, à œuvrer à sa subjectivation. Ce numéro du Divan familial est consacré aux apports théoriques et cliniques qui témoignent de ce regain d’intérêt pour l’intersubjectivité.

Pour se construire en tant que sujet, l’individu a besoin des autres. Le mythe de la psyché autarcique a vécu. Au-delà de la séparation-individuation, au delà du moi, la psychanalyse a redécouvert les vertus de l’autre et l’obligation de s’y allier : les débats se sont réorientés autour de l’intersubjectivité. Freud s’était montré curieux des effets de transmission générationnelle ; il s’est aussi penché sur les identifications édifiées à la faveur du groupe. Il est clair que ces deux directions principales de transmission (dans la continuité ou par la contiguïté) mettent en jeu des processus intersubjectifs, qu’elles s’appuient sur la parenté ou sur l’alliance.
De nombreuses réflexions théoriques et cliniques ont salué l’entrée de l’intersubjectivité dans la psychanalyse. La pratique de la psychanalyse familiale montre que les processus intersubjectifs visent à forger le sujet, à œuvrer à sa subjectivation. Ce numéro du Divan familial est consacré aux apports théoriques et cliniques qui témoignent de ce regain d’intérêt pour l’intersubjectivité.

Pour visualiser toutes les revues cliquer sur ce lien  « Le divan familial »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *