Endurance : les moyens pour la favoriser

Endurance : les moyens pour la favoriser
Eduardo Grinspon et Alberto Eiguer

Une fois définie l’endurance intégrative du thérapeute, il s’avère intéressant de réfléchir aux moyens auxquels le thérapeute peut recourir pour la favoriser et la cimenter (Grinspon). Cette réponse s’avère importante face à la surcharge transféro-contre-transférentielle, où les vécus pas encore subjectivés chez le patient font retour et créent malaise, inquiétude, désorientation chez le thérapeute, sollicitant ainsi à son endurance.
On trouve deux moyens possibles.
Moyen 1.Au niveau de l’attitude du thérapeute, de l’orientation de son écoute qui de ce fait conduisent à une intervention visant à favoriser la contenance de ce qui de l’intersubjectivité familiale a été clivé.
Moyen 2. Au niveau de la création de nouveaux espaces thérapeutiques assumés par d’autres thérapeutes ou éventuellement par le même thérapeute.
Développons ces deux éventualités.
Moyen 1. L’attention du thérapeute peut s’orienter vers la trouvaille de signes de mouvements pervers-narcissiques et tyranniques chez un proche du patient sous forme de comportements de contrôle massif, d’attaque de la pensée et d’opposition au souhait d’indépendance. Mais il peut y avoir d’autres causes pathogènes que les mouvements pervers-narcissiques.
On peut évoquer du côté de la victime-complice, la capture d’un panneau de sa subjectivité ; du côté de l’agent pervers, des mécanismes de harcèlement, la paradoxalité. Chez le thérapeute, il est question de repli, moyennant précisément la constitution d’un pli, un espace où il se réfugie, s’auto-soustrait, protégeant sa singularité et sa vitalité. Il transite néanmoins par des vécus co-hallucinatoires qui peuvent l’orienter vers la figurabilité.
Moyen 2. L’introduction d’une thérapie familiale psychanalytique, d’une thérapie psychanalytique de couple ou d’une autre forme comme la groupe-analyse, les thérapies à médiation (jeu dramatique, écriture, lecture, dessin, sculpture, marionnettes, etc.), et a fortiori la thérapie institutionnelle. Cet espace devient le lieu d’une tiercéité qui détoxique les liens pathogènes. Il convient de signaler que le travail familial par le fait de sa convocation propose un sens : la famille est a priori désignée comme éventuel espace de trouble, de désordre, d’abus, voire d’incestualité.
L’orientation du cas passe par différents étapes : celui des thérapeutes qui oriente le cas adopte une « fonction messagère » ; il transmet directement ou indirectement ses contenus subjectifs à un autre ; il le sollicite, le convoque. Son endurance a une fonction également ; in fine, ces échanges intersubjectifs conduisent à la co-construction d’un nouvel espace contenant et disponible, point de départ de la subjectivation historisante.

Eduardo Grinspon :   http://eduardogrinspon.com/es/
Alberto   Eiguer       :   http://alberto-eiguer-psy.fr         albertoeiguer@msn.com